Quel avenir pour Josh Smith ?


Pour comprendre pourquoi Josh Smith a été coupé par les Pistons, il faut déjà comprendre d’où vient J-Smoove !

Where I’m from

Joshua Smith est drafté en 2004 par les Hawks à la 19ème position directement après sa sortie du lycée. C’est peut être un détail pour vous, mais pour lui ça veut dire beaucoup. Ca veut dire qu’il se sent libre d’arroser à tout va (mais ça, on en reparlera un peu plus tard). A noter qu’il jouait avec son BFF Rajon Rondo au lycée, ce qui doit faciliter les choses pour donner l’impression aux scouts qu’on sait jouer au basket. Par ailleurs, 2004 est l’avant-dernière draft où les lycéens pouvaient s’inscrire (comme D12 en N°1, Big Al Jefferson en N°17 ou notre ami J.R. Smith drafté une place après J-Smoooooove).

A son arrivée dans la ligue, Josh Smith est présenté comme un ailier shooteur athlétique, avec une détente énorme et un potentiel en tant que two-way player (tout de même plus porté sur la défense que sur l’attaque). Les scouts en sont sûrs et certains, et leurs prédictions s’avéreront justes pour sa première année dans la ligue de Tonton David (Stern) : 2ème Cinq des Rookies et vainqueur du Slam Dunk Contest. J-Smoove est immédiatement ultra efficace en défense, s’imposant rapidement comme un des meilleurs défenseurs extérieurs. Dès sa saison sophomore, il intègre le top 10 des meilleurs contreurs. Il est d’ailleurs le plus jeune joueur de tous les temps à compiler 10 contres dans le même match mais aussi le premier à atteindre les 1000 contres en carrière.

Vous l’aurez compris,  J-Smoove est une valeur sûre en défense, comme prévu. Du coté plus glamour du terrain, l’attaque, il s’en sort pas mal pour ses débuts, tournant à 10 et 11 points lors de ses deux premières saisons. Ses pourcentages aux tirs sont honnêtes pour un jeune poste 3, même si le manque de QI Basket et de sens tactique se fait déjà sentir chez le jeune gaucher, qui manque de fondamentaux et d’une gestuelle de tir propre (A quoi sert la NCAA encore ?).

Les Hawks sentent qu’ils tiennent un joueur très prometteur, ils lancent donc des grandes manœuvres pour en faire un titulaire à part entière à l’aile : exit Boris Diaw et Welcome Joe « Iso-Joe » Johnson. En 2007, les Hawks décident d’arrêter de vendanger leurs choix de drafts pour prendre Al Horford, un gars sûr qui composait, avec Joakim Noah, ce qui est une des meilleures paires intérieures de l’histoire de la NCAA (double champion NCAA avec les Gators de Florida). Ils arrivent également à récupérer Mike Bibby, un Jason Kidd du pauvre. Pour la petite histoire, en 2005 ils sélectionnent Marvin Williams avec leur 2ème choix, un autre ailieur shooteur, alors qu’ils manquaient d’un véritable meneur (ils laissent passer Deron Williams, CP3 mais aussi Andrew Bynum ou David Lee…).

A la fin de cette année, ils se qualifient en play-offs malgré un bilan peu flatteur de 37 victoires pour 45 défaites ! C’est une grande première pour les Hawks depuis la saison 98-99… Les Hawks ont enfin une base solide pour reconstruire leur franchise, en perdition depuis l’époque Dominique  ‘’The Human Highlight Film’’ Wilkins, puis celle de Dikembe « Not in My House » Mutombo. C’est bien beau de se qualifier en playoffs, mais les Hawks ne font que de la figuration et se font battre assez facilement dès le premier tour par une vraie franchise, les Celtics, menée jusqu’au titre cette année-là par son trio quatuor magique Allen-Pierce-Garnett-Rondo.

Higher

A l’intersaison 2008, Josh Smith alors free agent protégé, accepte une offre énorme de Memphis qui a l’ambition de l’associer avec Rudy Gay et OJ Mayo pour former un big 3. Ca aurait pu être très drôle vu qu’il s’agit de trois des plus gros arroseurs de la décennie. Finalement Atlanta s’aligne sur cette grosse offre (58M$ sur 4 ans), et Josh Smith reste chez les faucons avec un nouveau statut. L’année suivante, après une saison régulière honnête (4ème à l’est et un bilan positif) les Hawks se qualifient pour la deuxième fois de suite en play-off.

Mike Bibby est solide à la mène avec 15 points et 5 passes, Al Horford l’un des pivots les plus prometteurs de la ligue et Josh Smith est l’un des meilleurs défenseurs de la NBA, tout en étant abonné aux top 10 pour ses posters dunks et autres bâches… Après un premier tour compliqué mais gagné face au Heat de D-Wade, champions en titre, les Hawks se font sweepés par les Cavs de LeBron au 2ème tour. En 2010, re-belotte : qualification sereine pour les play-offs, premier tour en 7 matchs face aux Bucks du rookie Brandon Jennings & Andrew Bogut, puis un sweep en bonne et due forme par le Magic d’Orlando. Du coup, Mike Woodson, la barbiche la plus swag de la NBA se fait virer de son poste de coach…

Josh Smith est alors considéré comme un bordeline All-Star. Il sort de sa première (et seule) saison à plus de 50% aux shoots. Il semble plus mature et conscient de ses forces, sa puissance et sa capacité de pénétration, il ne prend que 7 tirs à 3 points sur l’ensemble de la saison (il les a bien entendu tous ratés). Le fait d’avoir un autre All Star en la personne de Joe Johnson dans l’équipe n’aide pas…Ce dernier est alors considéré comme l’un des meilleurs arrières de la ligue et signe ce qui restera comme l’un des contrats les plus insensés de l’histoire (120 m$ sur 5 ans). Surtout pour un joueur unilatéral, lent, qui cannibalise la balle, ne sait jouer que l’isolation et qui ne défend pas, mais j’aurais l’occasion de cracher mon venin sur Iso Joe une prochaine fois…

Pour en revenir à J-Smoove (qui gagne son surnom cette année-là) il tourne à 16 points, 9 rebonds, 1,6 interception, 4 passes décisives et 2 contres. Tout le monde se dit qu’il est le meilleur ailier shooteur de la conférence Est derrière l’Elu. Son PER très solide (un peu plus de 21) montre d’ailleurs qu’il s’agit d’un joueur devenu vraiment efficace et altruiste. Il est aussi sans conteste l’un des 10 meilleurs défenseurs de la ligue, aussi bien capable de freiner les ailiers que les intérieurs. Il sera récompensé cette année-là par une sélection dans le 2ème Cinq défensif de la NBA.

En 2011, la saison régulière se passe assez bien pour Joshua, même si ses stats stagnent. Les Hawks se qualifient pour les playoffs (44v-38d), se vengent du Magic au premier tour puis se font battre par les Bulls du plus jeune MVP de l’histoire (en attendant the Unibrow?) D-Rose. Ces playoffs sont l’occasion pour le nouveau meneur des Hawks, Jeff Teague de s’imposer en tant que titulaire. Mais ils restent trop lights pour ce genre de matchs couperets…

Hate it or love it, the underdog’s on top

En 2012, c’est l’éternel recommencement : les Hawks, 5ème de la conférence, se font sortir par les Celtics une fois de plus dès le premier tour des play-off… A noter que J-Smoove tire à 25% de moyenne aux 3 points sur la saison… 2012 est aussi la première année où l’utilisation des stats élaborées (surtout le PER de M. Hollinger, mais aussi le DRtg et le ORtg…) se fait de plus en plus massive dans les médias et les franchises. On peut désormais flairer les escroqueries que sont les volume shooters comme Rudy Gay, Monta Ellis (époque GS ou Milwaukee) mais aussi ce bon vieux J-Smoove. Le front office décide de changer le roster et envoie « Iso-Joe » et son contrat aberrant à Brooklyn contre 5 role players et des tours de draft, qui s’avèreront précieux (Dennis Schröder a notamment été drafté grâce à cet échange).

Lors de la saison régulière 2012-2013, Atlanta se débrouille plutôt bien et est en concurrence avec les Bulls pour la 5ème place. Ils décident de perdre volontairement leur dernier match pour être sûr de terminer 6ème et d’éviter la Chaleur de Miami en cas de qualification au 2ème tour…Mauvais calcul. Ils tombent sur les Pacers du phénomène Paul George et se font sortir dès le premier tour 4-2.

J-Smoove a 28 ans, et n’a toujours pas dépassé le stade des demi-finales de Conférence. Il retrouve pour la 2ème fois de sa carrière free agent mais cette fois-ci non protégé…

Detroit VS Everybody 

Il décide de rejoindre une franchise prestigieuse, les Detroit Pistons pour la coquette somme de 54M$ sur 4 ans… une équipe ayant deux lottery pick prometteurs à l’intérieur, Greg Monroe (N°7 en 2010) & Andre Drummond (N°9 en 2012) et un meneur en quête de rédemption après des années tristes à Milwaukee, Brandon Jennings.

J-Smoove va donc débuter en tant qu’ailier shooteur, alors que son adresse à 3 points est plus douteuse que jamais et qu’il est désormais un vrai ailier fort, car plus aussi dynamique que dans ses jeunes années… et ce n’est certainement pas un Stretch 4, mais ça vous l’avez compris.

Sa première année à Detroit va être catastrophique tant sur le plan collectif (29 victoires-53 défaites) que personnel : 41% au shoot, 26% à 3 points, 53% aux LF et un Player Efficiency Rating à 14 (la moyenne de la ligue étant à 15) malgré ses 16 points et 7 rebonds de moyenne. Leger pour un type qui prend 14 M$ par an.

La deuxième année partait sur des bases encore plus horribles (13 pts, 39% au shoot, 24% à 3 points) mais Stan Van Gundy, Dictateur des Pistons (Coach, Responsable des opérations basket et General Manager), a préféré couper Josh Smith, « pour son bien ». Après tout, Josh Smith, ça reste 2 contres de moyenne sur toute sa carrière, et même si il force beaucoup en attaque, il reste une valeur à peu près sure en défense. Le petit Joshua va pouvoir thésauriser, son contrat étant garanti et versé sur plusieurs années.

Plusieurs solutions s’offrent maintenant à lui :

-chiller : il n’y a que ça de vrai. Il peut faire comme Gilbert Arenas, qui était dans le top 3 des joueurs les mieux payés de la NBA il y a 2 ans sans jouer ou encore Allan Houston, dans une situation similaire quelques années auparavant. Et puis il devrait se trouver rapidement des compagnons de chill comme Raymond Felton, Larry Sanders ou Mitch McGary.

changer sa vie avec celle de The Game : en effet le rappeur straight outta Compton a joué au basket à un bon niveau. Il continue de le faire lors des ligues d’été de Jamal Crawford ou de la Drew League, et honnêtement sa carrière musicale est en perte de vitesse depuis au moins 6 ans et son dernier gros album LAX. Et puis toute ressemblance avec un personnage ayant déjà existé ne serait pas vraiment une coïncidence.

Signer chez le Heat : Josh McRoberts est blessé pour la saison, Miami pourrait faire parler son injury trade exception pour rapatrier J-Smoove. Avec Bosh, il formerait une raquette intrigante mais certainement pas suffisante pour ramener un nouveau titre à South Bitch.

-Signer chez les Rockets:

  •  Dwight Howard X Josh Smith X Trevor Ariza X James Harden X Patrick Beverley.
  •  trouver l’intrus.
  •  remplacer l’intrus par Corey Brewer.
  •  apprécier la défense de chiens de la casse pendant toute la saison régulière, celle qui fait la différence en playoffs, celle qui fait gagner des bagues.
  •  voir James Harden tout gâcher en arrosant d’un côté et en faisant le plot de l’autre dès que les choses sérieuses commenceront.
  • se faire sortir dès le premier tour sur un buzzer beater de Dame Lillard ou Monta Ellis ou Mike Conley ou Chris Paul ou…

-Signer chez les Mavs : son pote Rajon y est suite à un trade qui sent bon le tanking du coté des Celtics. Les Mavs ont surtout perdu en profondeur sur le banc avec Brendan Wright, joueur avec le plus haut pourcentage au shoot de la ligue. Tout l’inverse de Josh Smith… Mais en rotation derrière Dirk et Chandler Parsons, J-Smoove pourrait faire très mal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s