That’s Hawks-ome !


Comme un dimanche au calme avec Larry Sanders, la vie est un long fleuve tranquille pour les Hawks. Qualifiée depuis 7 ans en playoff sans jamais réussir à atteindre les Finals, la 26ème masse salariale de la ligue n’est pas franchement célèbre pour défrayer la chronique. A Atlanta, les spectateurs s’intéressent autant au basket que l’on s’intéresse à la ligue 1 à Monaco.

Pourtant cette année, les Hawks survolent la conf. Est avec un bilan de 33 victoires pour 8 défaites, une série de 12 victoires en cours, la meilleure défense de la ligue, un jeu plaisant et deux futurs All Star au sommet de leur forme (Millsap et Teague).

Vous l’aurez compris, tous les voyants sont au vert et les Hawks se sentent pousser des ailes.

Just an old sweet song keeps Georgia on my mind

Souvent comparés aux Spurs pour leur philosophie de jeu et leur humilité, les joueurs d’Atlanta respirent les certitudes et leur équipe est à l’image de leurs joueurs : très complète. 6ème meilleure attaque de la ligue, on comprend le cauchemar que peuvent vivre les défenses adverses ; le danger peut venir de partout, les passes s’enchainent dans un jeu qui est perpétuellement en mouvement. Avis aux amateurs, le spectacle est assuré.

Un apercu ? http://gfycat.com/ImmaterialPerkyAmericanindianhorse

Leur lieutenant Millsap enchaine les bonnes performances et noircit chaque soir les feuilles de stats : en moyenne c’est 17 points – 8 rebonds – 3 passes – 2 inter. – 1 block. A la mène, Teague s’affirme comme l’un des meilleurs meneurs à l’est pendant que Korver fait preuve d’une précision absolument historique (52% FG – 54% à 3 points – 93% aux FT) avec entre autre un énorme 7/9 derrière la ligne hier contre les Bulls. Horford, revenu à son meilleur niveau depuis sa blessure, ainsi que Carroll, en passe de réaliser sa meilleure saison, complètent ce 5 majeur bien efficace. Et les fans ne peuvent que louer leurs bonnes performances, tout sauf dues au hasard. A tel point que perdre contre les Hawks de 3 points est devenue une preuve de qualité de jeu.

« Losing by three to a team like Atlanta just shows we can play with anyone in the league. » Brandon Jennings, réaliste

Alors oui, sans trop se mouiller on peut prédire que les Hawks vont se qualifier pour les playoffs, avec l’avantage du terrain. On pense aussi que les cadors de la conférence Est vont certainement avoir beaucoup de mal à les éliminer ensuite. Le rêve d’une finale NBA n’est donc pas à exclure. Mais heureusement, nous ne sommes pas au bout de nos surprises dans cette conférence qui réserve encore son lot d’interrogations :

  • les Cavs ne vont pas rester mauvais très longtemps, avec leurs recrues à la pelle qui vont s’adapter
  • les Bulls vont revenir à un niveau de gala avec le retour de Dunleavy et Butler qui retrouvera son rythme effréné
  • Le fucking Wall de Van Gundy va peut-être marcher
  • Derozan va remettre Toronto dans la bonne direction
  • Le jeu en triangle des Knicks

Une ombre cependant vient ternir le tableau pour la franchise de Géorgie : en cours de rachat, l’avenir pourrait inquiéter les joueurs et changer radicalement le visage des Hawks. D’autant plus que l’été prochain, il faudra sortir le chéquier comme un qatari pour conserver Millsap qui devient free agent (10 millions annuels aujourd’hui).

Quel avenir pour les Hawks ?

Qualifié en finale NBA contre Houston, Atlanta retrouve Josh Smith qu’il connait par coeur et Dwight Howard qui en est originaire. Au game 1, James Harden s’ouvre le menton et est obligé de se raser la barbe pour se faire recoudre.

Privé de sa barbe et de sa force tel Sanson et sa chevelure, Harden n’y est plus et la stratégie du Hack-a-Dwight pourrit le game 3 mais se révèle payante. A la veille du game 6 à 3-2 pour Houston, un des dirigeants des Hawks ressort un e-mail de 2012 ou il traitait Korver de sale gringo provoquant un tollé. Korver, vexé, sort un match de mammouth à 13/15 à trois points. 3-3

Prenant exemple sur Kyle, Josh Smith veut prouver qu’il peut aussi s’énerver et réalise un 0/18 aux shoots au game 7. Howard, connaissant bien son pote J-Smoove, prend tous les rebonds et le match est légendaire avec Millsap en quadruple-double.

A deux secondes du terme, les Rockets sont menés de 1 point et Brewer intercepte. Il court au dunk pour crucifier les Hawks, mais oublie qu’en finale, les marchés sont sifflés : https://www.youtube.com/watch?v=hfdrP7QX9PM

Fraichement champion NBA, Atlanta signe J Smoove, coupé par les Rockets. Mais la franchise déménage à Seattle et les allers-retours incessant épuisent les joueurs. La franchise sombre et bat son record de défaites en une saison. Josh Smith déclarera : « je porte la poisse on dirait » avant d’être à nouveau coupé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s