Les Wolves de Wiggins seront-ils plus forts que les Cavs de James ?


En 2004, toute la planète NBA ne parle que du phénomène Lebron James aka « King James ». A à peine 18 ans, celui qui a déjà fait la couverture de Sports Illustrated et qui cartonne au lycée comme seul Abdul Jabbar l’avait fait avant lui (à voir le documentaire More than a Game consacré à l’épopée lycéenne de Lebron), décide de s’inscrire à la Draft sans passer par la case « université » (et oui à l’époque c’était encore possible). Une chance pour les Cavs, qui viennent d’obtenir le premier choix de la Draft et s’apprêtent à choisir l' »Elu », le joueur du début de siècle.  Débute alors la première partie d’une belle série américaine de sept saisons, comme Les Sopranos ou The Wire. Sept années durant lesquelles The Chosen One va gagner son statut de superstar mondiale et emmener les Cavs dans une autre galaxie.

L’histoire se répète dix en plus tard, en 2014. Depuis près de 4 ans, toute la planète NBA n’a d’ yeux que pour un jeune canadien. C’est en effet, en Virginie, que tous les recruteurs NBA se donnent rendez vous tous les weekends pour admirer le talent d’un Andrew Wiggins encore lycéen. Quatre ans sous les projecteurs, dont une petite année à l’Université de Kansas pour finalement être choisi numéro 1….par Cleveland, toujours à l’affût des bonnes affaires quand la draft promet une pépite (LeBron James, Kyrie Irving, Anthony Benett, rayez la mention inutile). Toutefois, à peine drafter que la superstar est envoyée dans le Minnesota en échange de K. Love. Excusez du peu, mais peu de joueur peuvent se targuer d’avoir été tradé contre un All-Star alors même qu’ils n’ont jamais foulé les parquets de NBA. La présence d’Anthony Bennett dans l’échange apportait elle aussi une belle valeur ajoutée, après son exceptionnelle saison rookie…nooot (cf. https://temps-mort.com/2015/01/08/alors-cest-si-faible-que-ca-la-draft-2013/)

Mais alors, est ce que Wiggins sera capable de redonner aux loups de Minnesota la soif de victoires, eux qui n’ont plus goûter aux play-offs depuis 2003 et l’ère Garnett! Seront-ils capables de se faire une place sur le toit de la conférence Ouest dans les prochaines années comme Lebron et la Cavs l’ont fait en partant de rien ? Vu le talent du capitaine et de ses jeunes compères, on y croit !

Les Cavs de 2004-2005 : un James et le reste

Nous sommes dans l’Ohio, ex bassin industriel du Nord Est des Etats Unis. La concurrence des pays émergents rend la production d’acier sur le sol américain non compétitive. Les différentes vagues de suppression  d’emplois ouvriers depuis le milieu des années 90 ont considérablement sinistré Cleveland et sa région. Jusqu’à l’arrivée du « messi », un jeune et talentueux basketteur lycéen annoncé par tous les spécialistes comme le prochain Michael Jordan.

Tout a déjà été écrit sur Lebron. On l’a dit (et vous le saviez déjà…), l’arrivée de King James a propulsé Cleveland sur une  autre planète. La planète du succès et du swag. Avant LBJ, personne ne voulait jouer aux Cavs (à part Ricky Davis). Avant LBJ, personne ne voulait acheter un maillot des Cavs. Avant LBJ, les Cavs restaient sur 6 saisons de rang à la dernière place de la division Nord-Est. Le bilan affiché en 2003 est digne des actuels Lakers (17-65). LBJ va donc insuffler un nouvelle élan à la franchise : dès sa troisième année il emmènera les Cavs en demie-finale de conférence (battus par Detroit).

Let’s get back to 2004. 2ème saison du Prince de la ville, jeune et ambitieux. Autour du sophomore, 4 joueurs plus ou moins connus (moins que plus) : D. Gooden – J. McInnis – I. Newble – Z. Ilgauskas. Autant dire pas grand chose…Mais alors qu’il n’a que 20 ans, Lebron est déjà King James : top 10 LBJ 2004-2005. A lui seul, il tient les rênes de sa franchise. Il compile déjà 27 pts par match et plus de 7 rebonds et 7 passes (cf. tableau ci après) mais aussi 25 double-doubles et 4 triple-doubles. Il est d’ailleurs sélectionné au All Star Game.

Mais est-ce l’affaire d’un seul homme cette ascencion ? Beaucoup de gens ont tendance à sous-estimer l’impact de la paire intérieure Gooden-Ilgauskas respectivement 14pts/9rbs et 17pts/9rbs de moyenne en 2004. C’est notamment le pivot lituanien qui s’est révelé en véritable lieutenant de LBJ. Pour preuves ses nombreux records et distinctions dans l’Ohio : recordman du nombre de matchs joués, de rebonds et de contres de la franchise, 2 participations au All-Star Game et un maillot retiré !

James Vs Wiggins : si proche mais si loin…

Pour l’heure, Wiggins n’a pas l’impact d’un Lebron sur le terrain. Et soyons honnête il ne l’aura surement jamais. On imagine d’avantage le jeune canadien connaitre une carrière proche de celle de Durant (gros scorer et intouchable en pénétration). Quand il est sur le parquet les Wolves perdent de 3 pts en moyenne alors qu’ils semblent à l’aise lorsque leur jeune capitaine est sur le banc (+ 2 pts). Ce qui est pas franchement ce que l’on attend comme stat de la part de sa star. A l’inverse, on se doute bien que le meilleur joueur du siècle s’était déjà rendu indispensable dès sa 2ème saison : +2pts quand il était sur le terrain et -7pts pour les Cavs quand leur jeune superstar prenait du repos sur le bord du terrain.

A 20 ans, si Wiggins est déjà Clutch (le joueur à qui on cherche à donner la balle en fin de match) et affiche de très belles lignes de stats, il est encore loin des performances du King. Au même âge, LBJ semblait avoir une longueur d’avance , voire deux, sur Andrew Wiggins (AWG) :

Capture d’écran 2015-12-21 à 12.29.35

Toutefois, l’année passée,  Wiggins s’est fendu de deux très belles performances face au King : 27 pts puis 33 pts (ndlr : pour deux défaites). De quoi montrer les dents pour le jeune ailier face à son idole. On l’impressionne pas comme ça le canadien.

Du Goupix au Feunard, il n’y a qu’un pas (ou plutôt une pierre feu pour les fans de Pokémon), et Wiggins a le talent pour atteindre un niveau de All Star. Dès cette année ? Pas impossible mais difficilement réalisable quand on voit la concurrence au poste d’arrière à l’Ouest.

Les Wolves de 2015 : des loups conquérants en route vers la gloire

Selon les bergers, une meute de loups est fortement hiérarchisée et centrée autour du couple dominant. Les autres membres sont très soumis au couple Alpha. Disons que le couple Alpha des Minnesota est Wiggins / Towns.

Aujourd’hui le savant mélange entre l’expérience d’un Garnett ou d’un Prince , tous deux champions (respectivement avec Boston et Detroit) et la jeunesse des deux derniers numéros 1 de la draft doit permettre aux Wolves de poursuivre leur apprentissage cette saison avant d’exploser à moyen terme. D’autant plus qu’à la baguette on retrouve le génie espagnol Ricky Rubio, capable de distiller des caviars comme seuls des Nash, Jason Williams ou encore Aymeric Jeanneau étaient capables. Les mains d’or du mini meneur sont précieuse dans l’animation du jeu des Wolves.

Au cours de la dernière draft, les jeunes loups se sont renforcés d’une nouvelle future star à couver : Karl-Anthony Towns. Déjà l’un des meilleurs pivot de la ligue à 20 ans à peine. Il dispose du 4ème meilleur PER (Player Efficiency Rating, sorte d’échelle allant d’un Perkins, dont l’apport offensif est équivalent à celui de Claude Makélélé, à Steph Curry, comparable à un Cristiano Ronaldo), devant des joueurs comme Monroe, Gasol ou Horford. C’est dire l’impact du jeune pivot.

Sans oublier l’explosion de la dynamite Zach Lavine, le le bondissant arrière sophomore au potentiel athlétique hors norme. Auteur d’une fin d’année en fanfare (19 pts de moyenne entre mars et avril), Zach confirme cette année avec déjà six matchs au dessus de 20 pts. Ses stats poussent aujourd’hui Kevin Martin vers la sortie, dont les dirigeants cherchent à se débarrasser. Avec Lavine et Wiggins, les Wolves tiennent les deux pépites d’une draft 2013 annoncée comme la meilleure depuis celle de Lebron-Anthony-Wade mais qui pourtant tarde à produire des stars (Parker, Embiid, Gordon, Exum ou encore Vonleh ayant plus squatté l’infirmerie que les parquets pour l’instant).

Ainsi, si la salle de Minnesota commence à ressembler à une garderie, c’est pour le bien de la franchise et de son public. Il s’agit d’une des équipes les plus plaisante à voir jouer. Et sans doute la plus talentueuse de la ligue nord américaine. J’en veux pour preuve les sur-performances des Wolves lorsque les babies (21 ans de moyenne) Lavine, Rubio, Wiggins et Towns sont sur le terrain il s’agit du meilleur quatuor aligné par coach Sam Mitchell. Rapporté à 100 possession, cette jeune brochette outscore ses adversaires de 12 points  (contre -1,5 pt en moyenne pour l’équipe).

Aujourd’hui, Minnesota est toujours en course pour accrocher le wagon des playoffs, dans une conférence Ouest plus ouverte que jamais. Il faut en profiter et faire mentir les bookmakers pour cette jeune équipe qui aurait beaucoup de chose à apprendre d’un premier tour en playoff. Quitte à se faire « sweeper » par les Warriors (perdre 4-0), le jeu en vaut la chandelle pour les jeunes loups qui n’ont pour la plupart jamais gouté aux playoffs. Cette 8ème place devrait se jouer entre Utah (autre équipe pleine de talent), les Kings, les Suns et nos petits Wolves. Si Wiggins arrive à amener son équipe en Playoffs, il aura gagner un premier succès contre Lebron et ses Cavs.

 

En conclusion, bien que Wiggins soit (bien) moins fort, il est mieux entouré

James c’était le Jackpot 2000, Wiggins sera le Jackpot 2010. Aujourd’hui revenu dans l’Ohio, LBJ « ira finir ses jours la-bas oua oua oua ». Il lui aura fallu peu de temps pour connaitre le succès avec les Cavs. Et depuis son retour d’exil, c’est encore mieux puisque mieux armé (K. Love, Irving, Smith, Thompson, Mozgov c’est quand même beaucoup mais alors beaucoup mieux que l’équipe des Cavs de 2004 dont on a parlé plus haut).

King James est resté sept saisons en Ohio avant de s’exiler en Floride pour aller chercher sa première bague. A Minnesota actuellement l’optimisme est de rigueur pour imaginer Wiggins et Towns amener les Wolves très haut, très vite…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s