Ce qui va se passer cette année en NBA


Véritable institution depuis 2016, les trophées Temps-Mort marquent officieusement la reprise de la saison NBA. Décernés au début de l’automne par un parterre de spécialistes/chômeurs trié sur le volet, ces trophées récompensent ceux qui vont faire briller de mille feux la NBA la saison prochaine, ou pas. Attention, spoilers.

Les trophées honorifiques :

  • Le trophée Started from the bottom now we’re here de la surprise générale

Vainqueur : les Minnesota Timberwolves. Rookie of the Year 2015 (Wiggins) + Rookie of the year 2016 (KAT) + n°5 de la draft 2016 (K. Dunn) + Coach of the Year 2011 (Thibodeau) – RIP K. Garnett = la belle surprise de la saison et une possible qualification en playoffs après 13 ans de disette #jesuisLeicester

Mention : les Nuggets. Quel que soit leur parcours, on ne peut être que surpris puisqu’on ne les attend nul part. Et arrêtez de nous faire croire que vous les regardez les matchs des Nuggets… Le frisson Jokic ? En tous cas, depuis qu’il y a plus Lauvergne, nous, on a arrêté de regarder.

  • Le trophée Hugh Grant du meilleur come back

Vainqueur : Anthony Davis. On a tendance à l’oublier mais beaucoup d’observateurs voyaient en Anthony Davis LE grand favori pour le titre de MVP la saison dernière, après avoir passer son été 2015 à bosser son tir à trois points. Un an plus tard la donne semble avoir un peu changée : pas beaucoup de victoires (seulement 30 en 82 matchs), pas mal de bobos et la machine s’est comme qui dirait enrayée. Retourné dans l’ombre de Lebron et Steph Curry voire même Karl Anthony Towns, l’année 2016/2017 devrait être celle de son renouveau. Un come-back dans le top 3 MVP de l’année? Envisageable tant le joueur est revanchard après sa dernière saison décevante …And then PoP ! Goes my heart

Mention : Ty Lawson, Josh Smith et Lance Stephenson. Lol.

Les déceptions de l’année :

  • Le trophée Freddy Adu du rookie que tout le monde attend mais qui ne va jamais percer

Vainqueur : Thon Maker a 19 ans et un physique hors du commun (2m16 pour 100kg). Véritable star du web grâce à ses mixtapes lycéennes, où il marche sur des lycéens d’1m75, Thon semble être l’archétype du futur joueur dominant : vitesse phénoménale, maniement du ballon et shoots surprenants pour quelqu’un de cette taille … Un vide juridique lui permettant de sauter l’étape université laisse néanmoins planer un gros doute sur sa maturité physique et mentale. Personne ne connaît vraiment le niveau du garçon, et ses 10 fautes lors de son premier match en Summer League ne font qu’épaissir le brouillard l’entourant. On lui souhaite donc la réussite qu’Anthony Bennett, Kwame Brown ou encore Hasheem Thabeet n’ont pas eue avant lui.

Mention : Joel Embiid qui après deux saisons blanches à Philadelphie va devoir s’imposer dans la raquette très embouteillée des Sixers et montrer que son corps peut tenir le rythme de la NBA. Rien n’est moins sûr…

  • Le trophée Unaï Emery du Coach of the Year… Noooooot

Vainqueur : Fred Hoiberg. Absent des playoffs pour la première fois depuis 2009, les Bulls n’ont pas vraiment réussi à tourner la page Thibodeau. Cette année, les Bulls partent carrément en cacahuètes : exit les historiques Gasol, Noah et D-Rose et bonjour les dinosaures Wade, Rondo. De l’équipe finaliste de conférence en 2011 il ne reste que Taj Gibson et c’est tout. Cette année, le profil de l’équipe est très déséquilibré : pas vraiment d’adresse à l’extérieur, pas vraiment de défense à l’intérieur, pas vraiment d’équipe quoi…Bon, bah courage Fred !!

Mention : Luke Walton. L’année dernière, il réalise le meilleur début de saison de l’histoire avec les Warriors mais voit son exploit attribué à Steve Kerr, alors hospitalisé. Cette année, il coache les bébés Lakers qui risquent de faire plus souvent la une de Closer, Choc et Public que de Sports Illustrated ou Slam. Une saison à suivre sur Snapchat.

  • Le trophée Aux armes ! Nous sommes les marseillais… de l’équipe qui décevra le plus

Vainqueur : New York Knicks. Sur le papier, la franchise de la Big Apple semble avoir rempli l’objectif du mercato d’été, à savoir épauler Carmelo. Mais n’attendez pas de miracle. Additionnez trois nouveaux joueurs en mousse (Noah, Rose, Jennings), un banc qui rivalise avec celui de Cholet et un système du “jeu en triangle” incompréhensible, et vous obtiendrez la recette d’un petit échec. 

Mention : Golden State Warriors. S’il est impossible de faire mieux que l’année dernière en saison régulière, ne pas remporter le titre serait vécu comme un cuisant échec. Comme toi quand à ton tournoi de Fifa, t’as perdu contre tes petits cousins…alors que t’avais le Real. 

Les trophées “Temps Mort tire sur l’ambulance”

  • Le trophée Ben Arfa-Krychowiak du pire mercato

Vainqueur : Pat Riley et Miami. Ne pas re-signer le meilleur joueur de l’histoire de sa franchise, Dwayne Wade, annoncer publiquement que Chris Bosh, autre légende de l’équipe, ne jouera plus au Heat, offrir un gros contrat à Tyler Johnson et une place de titulaire à Derrick Williams. Sur le papier, c’est moche. Très moche.

  • Le trophée Larry Sanders de celui qui en a trop pris

Vainqueur : OJ Mayo. 3ème de la draft 2008, superstar au lycée, encore un éternel espoir qui ne rentrera pas dans la légende OJ Mayo vient de se faire bannir deux ans par la NBA. Marijuanga, Coco, EPO on ne saura jamais ce qu’il a pris mais force est de constater que ça n’a pas plus à la ligue. Quel gâchis.

Mention : Chris Andersen qui arrive à Cleveland pour continuer à fournir ses potos JR Smith avec qui il pouvait “se ressourcer” dans les montagnes du Colorado, et LeBron pour se rappeler des soirées à Miami Vice avec Richard Gasquet.

Le trophée que tu donnes avec la larme à l’oeil :

  • Le trophée Kobe Bryant de celui qui s’en ira comme un prince

Vainqueur : Paul Pierce qui a annoncé partir sur sa dernière saison cette année. Peut-être que comme Kobe, chaque occasion sera la bonne pour faire une teuf de départ : sa dernière au TD Garden, son dernier match à domicile contre Lebron, son dernier bronze dans les vestiaires du MSG…

Coup dur pour les nostalgiques du c’était mieux avant : après Kevin Garnett, Tim Duncan et Kobe saison dernière, c’est un autre monument du basket qui s’apprête à se retirer des parquets. Espérons que ce ne soit pas par la petite porte, parce qu’une chose est sûre, tu vas nous manquer Paul.

Mention : Shane Larkin qui, lui, a quitté la NBA dans l’indifférence la plus totale, comme le dernier Prince de ton paquet de gâteau.

  • Le trophée Kaepernick : Black Lives Matter du basketteur le plus engagé

Vainqueur : Carmelo Anthony. Dans un contexte de tensions raciales croissantes, le geste du footballeur US Kaepernick (il s’agenouille pendant l’hymne national en signe de protestation contre les violences policières envers la communauté afro-américaine) est autant sinon plus courageux qu’exemplaire. De quoi donner des idées à ses confrères basketteurs qui pourraient ENFIN être tentés de manifester leurs convictions, s’ils en ont. Il semblerait que Melo soit bouillant à l’idée de défendre les droits civiques des noirs. Tout cela alors que Trump remonte dans les sondages… Comme le dit Kery James :”J’ai fait un cauchemar, Martin Luther un rêve”

  • Le trophée Temps-Mort du site d’actualité NBA de l’année.

Vainqueur : Temps Mort à la surprise générale.

Mention : Bleacher Report, Trashtalk, SB Nation qui font des choses pas mal. Mais pas ouf non plus.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s