LeBron James n’aura pas suffi…


King James et l’Ohio, une histoire de coeur. 

D’un côté Lebron James, le futur plus grand basketteur de tous les temps (no offense MJ), figure la plus emblématique du sport US actuel, la plus médiatisée, la plus écoutée et surtout l’une des plus engagées. Revenu aux Cavs après un exil de quatre années en Floride, King James est considéré comme un demi-dieu dans l’Ohio, de telle sorte que sa côte de popularité y est inversement proportionnelle à celle de François Hollande.

De l’autre, l’Ohio un « swing state », un Etat pivot au vote indécis et dont l’issu peut faire basculer le résultat du vote national. L’équation est simple, remporter l’Ohio c’est remporter les élections car l’Etat a toujours voté majoritairement pour le président élu. D’où l’importance de ce scrutin pour Hilary, et la nécessité de mobiliser des figures emblématiques locales pour pousser certaines franges de la population à aller voter pour elle.

Elle s’est donc appuyée sur un soutien de poids dans la région, en allant chercher LeBron. Au fil des années, la superstar planétaire est devenue une personnalité publique de premier rang. Pourtant, il ne s’était jamais engagé en politique, ni en 2012 ni 2008 au côté d’Obama. Cette fois-ci, il a dû sentir le vent tourner… Avec lui, la stratégie de campagne de Clinton ciblait les jeunes mais aussi et surtout la population noire de la région. Car la parole de LeBron compte au cœur de ce pays, où le Melting-Pot est un concept théorique qui n’a jamais fonctionné depuis le mouvement pacifiste de Martin Luther King jusqu’à  « Black Lives Matter ». C’est une tête d’affiche à exhiber car sa voix compte et elle aurait dû être écoutée. Un peu comme au tarot avec le petit au bout, Hilary l’a sorti en fin de campagne lors d’un concert organisé dimanche à Cleveland avec Jay-Z, Beyoncé et JR Smith…mais on connait la suite…

L’Ohio, un Etat clé à la recherche de son glorieux passé.

Pour LBJ c’est un échec. L’Ohio a voté Trump…et largement. Trump a récolté 52% des suffrages contre seulement 43,5% pour Clinton. Les Démocrates se sont cette fois heurtés au ras-le-bol de la population locale, là où Obama l’avait pourtant emporté d’une courte tête en 2008 et 2012. Encore une fois, l’Ohio ne s’est donc pas trompé.

L’Ohio fait partie de ces ex grands Etats industriels de la Rust Belt. Rust Belt vous dites ? Oui, rappelez-vous de vos cours de géographie en terminale quand vous deviez colorier en rouge le Nord-Est américain car il s’agit du plus grand bassin industriel du pays. Ruines d’un passé glorieux, les friches industrielles et les licenciements se font de plus en plus présents dans ce bassin rouillé. Et ceux qui en ont fait les frais ce sont les ouvriers.

Aujourd’hui, ces « cols bleus » comme on les appelle, ont été séduits par le projet Trump. Car Trump leur promet entre autres, baisses d’impôts, hausse des emplois dans la construction mais aussi et surtout un retour du protectionnisme afin de « rapatrier » les emplois ouvriers aux Etats-Unis. En même temps, comment en vouloir à ces gens qui ont vu passer le wagon de la mondialisation sans qu’on leur demande de monter dedans. Ces gens qui ont été frappés de plein fouet par la crise financière de 2008 les privant de leur emploi (-15% d’emplois industriels depuis 2006 dans la région) et qui sont restés sur le bas-côté lorsque la reprise s’est enclenchée aux Etats-Unis. Effrayés par la mondialisation, les mexicains, les chinois et se sentant menacés par le changement ethnique et culturel de leur patrie, ces américains se sont sentis réconfortés dans le programme libéral et surtout populiste du candidat Républicain. AMERICA !

Et si cette population, à majorité blanche, peu éduquée et disposant d’un revenu bien inférieur à la moyenne nationale, s’est fortement mobilisée en faveur du camp Républicain, Madame Clinton n’a pas réussi à capitaliser sur le vote « noir ». Malgré le titre de Cleveland au printemps dernier, malgré le ralliement de King James, l’appel au vote de la star des Cavs n’aura donc pas suffit.

capture
« Je suis dans un état proche de l’Ohio, j’ai le moral à zéro ». Oh Adjani, tu avais vu juste…

Mais tant pis pour cette fois LeBron. Si d’aventure une âme charitable te traduisait ces lignes, sache qu’il ne faut pas abandonner et que toi aussi, après l’ouragan républicain qui va durer 4 ans, tu vas pouvoir entonner un : « Make America great again ». Car c’est aussi ton rôle que de prendre parti, de faire part de tes convictions et de t’élever contre le racisme, la xénophobie, la montée des inégalités…Et c’est surement en ça que nous te considérons comme le plus grand joueur de tous les temps. Car, contrairement à d’autres de ta trempe (no offense MJ), tu souhaites jouer de ton poids médiatique pour faire entendre une voix que l’on entend peu et qui pourtant interpelle les jeunes. La voix des sportifs compte quand il s’agit d’éducation civique…un peu moins quand il s’agit de sex-tape… Alors à quand une tribune de Nicolas Batum, Boris Diaw et nos basketteurs tricolores au moment où l’on entame le sprint final en vue des élections 2017 ?

Et Barack « Magic » Obama dans tout ça ?

Obama aura été le seul Président capable de remplir un « bracket NCAA » (sorte de Winamax sur le championnat universitaire afin de deviner qui sera le champion) ou bien de citer les qualités de chacun des joueurs des Bulls ou du Heat. Grand connaisseur de la NBA, il a toujours montré un vif intérêt pour le basket et a pu nous démontrer tout l’étendue de son talent quand il s’agissait de taquiner la balle.

On peut donc aisément s’imaginer que l’ambiance va changer à la Maison Blanche quand ce sera au tour de Donald d’accueillir le champion NBA sortant. D’habitude décontractée et bon enfant, cette cérémonie va mécaniquement changer de visage. Aux interventions fines, pleines d’humilité et d’humour de Barack vont succéder les blagues grossières de Donald. On voit déjà Lebron et les Cavs, vainqueurs en back-to-back en 2017 (et oui Temps Mort assume), retourner à la Maison Blanche à reculons. Voire ne même pas y retourner du tout.

RIP Barack le président le plus swag que l’on ait jamais connu, capable de se retrousser les manches pour marquer un 3point ficelle, en écoutant du Jay-Z. Son QI basket était bien supérieur que celui de Trump. Son QI tout court d’ailleurs…Mic Drop

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s