TEMPS-MORT VOUS DÉCORTIQUE LA SEMAINE NBA: ACTE 3


  • Le Thunder est dans le dur et le Magic en a profité dimanche dernier. Leur bourreau en chef n’a été autre que Serge Ibaka, l’ex ailier fort d’OKC,  envoyé à Orlando cet été. Pas content, Serge “Ibloka” a fait parler la poudre avec un double block incroyable + un buzzer beater qui a assuré la gagne, le tout en battant son record en carrière de nombre de points. T’es un gagnant Serge, on te l’a toujours dit.
  • Le réveil de Wolves fait plaisir à voir. Le retour de blessure de Rubio tombe à point nommé et la pépite Andrew Wiggins enchaîne les performances de haut vol : 47 pts contre les Lakers lundi, 35 jeudi contre Philly. Les jeunes Wolves commencent enfin à montrer les crocs, mais ça vous le saviez déjà.
  • Spencer Hawes confirme donc l’un des plus gros clichés de l’histoire : White men can’t jump https://t.co/H5F32SQIvI
  • 40ème triple double en carrière pour Westbrook. A peine a t il soufflé ses 28 bougies qu’il rattrape LBJ (43 TD). Depuis le début de saison, il a enregistré 4 TD en 10 matchs. En continuant sur ce rythme, il pourrait rejoindre, avant le cap de la trentaine, le club très fermé des “triple doubleurs d’anthologie” : Jason Kidd, Magic Johnson, Oscar Robertson. Oscar et Magic peuvent quand même dormir sur leurs deux oreilles, ils avaient 23 ans quand ils ont réussi leurs 40ème triple double en carrière.
  • Tranquillement James Harden devient le premier joueur de l’histoire à compiler 300 pts et 120 assists sur les 10 premiers matchs. Si jamais vous aviez un doute, c’est beaucoup, on vous le confirme.
  • Kevin Séraphin commence à connaitre par coeur le rôle d’energizer à force de gratter seulement des bouts de matchs partout où il a joué, et de malheureusement cirer le banc une grosse partie de la saison. Qu’à cela ne tienne, l’ex-international a appris à se montrer. Certes ponctuellement, mais quand même, en atteste ses 19 minutes ultra prolifiques contre Orlando : 6 pts, 10 rebonds, 3 passes, 1 steal, 1 block et un différentiel de +14 pour ses Pacers lorsqu’il était sur le terrain.
  • Incroyable mais vrai : Vince Carter le plus grand dunker de tous les temps dépassera cette année, à 40 ans, Kobe en terme de nombre de matchs joués. Mais le vieux Vince n’est pas là pour faire de la figuration. En effet, pour la première fois depuis février 2013, “Vinsanity” compile deux matchs à 20 pts en moins d’une semaine. Il devrait d’ailleurs bientôt dépasser Ray Allen et Allen Iverson dans la liste des meilleurs marqueurs All time. Papy fait de la résistance.
  • Antetokounmpo pourrait devenir le MIP ? Si ca ne suffit pas pour faire gagner les Bucks, ses 21pts/9rbds/5pds/2steals/2blocks de moyenne cette saison, pour un PER de 26,3 (cf. le petit coin lexical) font pâlir ses compagnons de draft comme Anthony Bennett #1. Et vous, vous faisiez quoi à 22 ans ?
  • Plus rien n’arrête les Bulls. 4 victoires d’affilée dont Portland et Utah, à l’extérieur qui plus est. Butler est plus que jamais All-Star, et D-Wade et Rajon Rondo remontés à bloc confirment la légende : “Never ever underestimate the heart of a champion”
  • Quand Mike Conley et Pau Gasol se chauffent, les Grizzlies peuvent faire très mal. Les Clippers en ont fait les frais en perdant sur un assassinat en bonne et due forme de Marc Gasol dans le corner. S’en suit un shimmy shake d’anthologie. Putain, un pivot espagnol qui tire à trois points et chambre salement derrière : la NBA c’est plus ce que c’était.
  • la casse à Dallas : sale semaine pour l’une des équipes la moins sexy de la NBA. En plus d’avoir perdu sur blesure JJ Barea, qui confirme qu’il se sent bien en terres texanes, les Mavs ont perdu leur 4 matchs et présentent désormais le pire bilan de toute la ligue (2-10). D’ailleurs, ils y ont mis la manière en inscrivant en moyenne le total famélique de 76 points par match. Le chemin va être long pour les Mavs et leur légende Dirk Nowitzki, qui se dirige tout droit vers une douloureuse fin de carrière à la Kobe.

Le petit coin lexical :

Temps Mort vous propose de décortiquer/détricoter une stat ou un évènement ou tout ce qui pourrait avoir un lien, de près ou de loin, avec la NBA. Le genre de connaissance qui permettent de briller en société.

Cette semaine nous nous attaquons au PER. Késako? 

Le “Player Efficiency Rating” est une mesure de la performance d’un joueur, rapportée à chaque minute passée sur le parquet. Le PER a par contre quelques limites, comme ne pas donner assez d’importance au travail défensif…A titre d’exemple, Rudy Gobert affiche un PER de 19,4, un niveau inférieur à Enes Kanter ou Greg Monroe…  

La moyenne de la ligue se situe toujours à 15, voici quelques exemples parlants :

image01

Pour conclure, le PER c’est un indicateur à suivre, notamment pour les fans de la Fantasy. Toutefois, pensez à le prendre avec des pincettes. Vous avez compris?

image03

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s